video espagnole

voir la video partie espagnole
L'ouverture Espagnole

Attaquons-nous cette fois-ci au monument de la théorie des jeux ouverts ! Bien entendu, les parties analysées à continuation n'ont pour but que de dégrossir l'approche de cette ouverture. Comme à notre habitude, nous envisagerons notre étude du point de vue du joueur pratique. Une fois les principaux plans exposés, nous nous pencherons surtout sur des variantes secondaires, au moins aussi efficaces et en tous cas beaucoup plus économiques !

 

B, Spassky - G, Tringov

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 0-0 8.c3 d6 9.h3 Ca5 10.Fc2 c5 11.d4 D'un côté, certains joueurs considèrent cette suite de coups comme la quintessence de la précision, de l'autre, Boris Spassky aime le commentaire acide de Tarrasch : "On pourrait dire que les deux camps sont mal "

Après 11.d4

11...Cd7 Le système Keres, très populaire dans les années 60. Les Noirs veulent prendre deux fois en d4, jouer Ff6 et en compensation de leurs cases faibles au centre, ils bénéficieront des cases e5 et c5 pour leurs Cavaliers.
En fait, nous nous trouvons ici à l'un des carrefour théorique les plus importants de l'Espagnole fermée. D'ici partent un grand nombre de variantes, impossible à exposer sur ces quelques pages, mais de toute façons, notre recherche de l'ouverture économique nous fera bifurquer bien avant d'en arriver là. 12.Cbd2 cxd4 13.cxd4 Cc6 14.d5 Empêche la réalisation du plan noir, mais 14.Cb3 a5 15.Fd3 est plus fluide. 14...Cb4 15.Fb1 a5 16.a3 Ca6 17.b4! Utilisant le clouage sur la colonne a pour interdir la case c5 aux Cavaliers. De plus, le pion noir b est fixé sur une case où il peut être attaqué par Fd3, De2 et même par la manoeuvre Cb1-c3. 17...axb4 18.axb4 Cb6 Les Noirs arrivent les premiers et menacent le pion b4 en déclouant le Ca6. Comme 19.Fa3 ? permet 19...Cxb4, les Blancs doivent défendre le pion avec la Dame et donc ajourner toute pression par De2. Tarrasch aurait-il raison ? 19.Db3 Fd7 20.Fd3 Db8 21.Cf1 Cc4! Les Blancs ne peuvent jouer 22.Fxc4 sans perdre leur propre pion b et concéder la paire de Fous à l'adversaire. Aussi se décident-ils à défendre b4 avec leur Tour, abandonnant la colonne a mais libérant leur Dame. 22.Tb1 Tc8 23.Cg3 g6 Un coup défensif habituel dans l'Espagnole, mais qui n'était pas nécessaire ici. Ainsi, 23...Cc7 menacant un futur Ta4 était jouable. Si 24.Fxc4 bxc4 25.Dxc4, alors 25...Cb5 suivit de 36...Cc3 donne une bonne position aux Noirs. 24.Dd1 Cb6?! Spassky remarque que Tringov semble avoir perdu le fil de la partie. Ici il fallait jouer : 24...Cc7 pour jouer Ce8 suivit de Ta4. 25.Cg5 Les Blancs sont finalement en mesure de manifester leur agressivité sur l'aile-roi. 25...Tc7 26.f4 Dd8 27.Cf3 f6 Si 27... exf4 28.Fxf4 avec une position active et la menace e5. 28.Rh2 Ca4 29.Dd2 Tac8 30.Tf1 Ff8 31.f5 g5 Les Noirs continuent leur idée ; construire une "ligne Maginot". 32.Ta1! Un coup de champion ! Avant de transférer toutes leurs forces à l'aile-roi, les Blancs saisissent l'occasion de forcer les Noirs à adopter une position plus passive sur l'aile-dame. La menace est ; 33.Txa4, aussi les Noirs doivent dédoubler les Tours (Ta8) ou replier leur Cavalier. 32...Cb8 33.De2 Fe8 Refusant à la Dame blanche l'accès en h5. Pour défendre le pion b5 il y a toujours Cc3. 34.Fe3 Faites-moi confiance, je n'ai pas choisi cette partie par hasard, mais bien parce qu'elle représente un exemple classique de cette ouverture. Ici aussi, le premier coup de développement du Fc1 au 34e coup n'est pas un hasard, dans l'Espagnole le Fc1 joue longtemps très bien depuis sa place d'origine (la Ta1 aussi d'ailleurs).

Après 34.Fe3

34...Dd7? Il fallait se cantonner dans une politique d'attente en jouant par exemple : 34...h6. Maintenant les Blancs ont l'occasion de faire un sacrifice très prometteur. 35.Fxg5! fxg5 36.Cxg5 Avec l'éloignement des Cavaliers, les Blancs ont une supériorité matériel dans le voisinage du Roi noir. 36...Fh6 37.Ce6 Tc3 38.Dg4+ Rh8 39.Dh4 Txd3 40.Dxh6 Df7 41.f6 Txg3 Supprimant un des attaquants en puissance, si ; 41...Rg8 42.Dg7+ Dxg7 43.fxg7 Ff7 44.Txf7! Rxf7 45.Tf1+ Re7 46.Tf8 etc. 42.Rxg3 Dg6+ 43.Dxg6 Fxg6 Les menacent de mat ont disparu, mais la finale est perdue à cause du fort pion passé. 44.f7 Cd7 45.Tac1 Tf8 46.Tc6! - Abandon 46...Fxf7 47.Cxf8 ou 46...Txf7 47.Tc8+ suivit de mat.
Haut de la page
D'une manière radicalement différente, la variante d'échange coupe court à toute discussion sur les vertus du Fou espagnol, appelé ainsi à cause de la manœuvre stratégique et tactique (autour du pion e5) : Ff1, Fb5, Fa4, Fb3, Fc2 et parfois même, Fb1.

Fischer,R - Gligoric,S

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fxc6 Ce coup d'Emmanuel Lasker qu'il joua pour battre Alekhine et Capablanca en 1914, fut réssucité par Fischer. 4...dxc6 L'autre prise donne après ; 4...bxc6 5.d4 exd4 6.Dxd4 Df6! 7.Dd3! une initiative durable. 5.Cc3 est considéré comme encore plus fort. 5.0-0! Voici le commentaire de Gligoric : " Le coup du texte pose plus de problèmes aux Noirs que le ferait 5.d4 immédiatement, ce qui confirme une fois de plus que Nimzowitch avait raison d'affirmer que "la menace est plus forte que l'exécution". Quoique les Blancs aient échangé leur puissant Fou contre un Cavalier - un Fou qui constitue en général le principal problème stratégique dans la plupart des variantes de l'Espagnole (Lopez) - il n'y a pas de faille dans la tactique des Blancs. Ils ont gagné un temps de développement, démoli dans une certaine mesure la structure des pions noires et menacent à nouveau le pion e5 " . 5...f6! Il faut remonter au XIXe siècle pour trouver des réponses noires, mais il n'est pas prouvé qu'il existe un meilleur moyen de défendre le pion-roi. 6.d4 Fg4! L'autre coup ; 6...exd4 7.Cxd4 c5 8.Cb3 Dxd1 9.Txd1 a aussi ses partisans. 7.c3! Implique un gambit. 7...exd4 Voyons quelques variantes : 7...Fd6 8.Fe3 Ce7
(8...Dd7 9.h3 exd4 10.Fxd4 Fe6 11.e5 fxe5 12.Cxe5 Fxe5 13.Dh5+ Savon-Stein,Moskau 1967; 8...Ch6 9.h3 Fh5 10.dxe5 fxe5 11.Cbd2 Cf7 12.Db3 Dc8 13.Ch4! Cd8 14.Cc4 Ff7 15.Cxd6+ cxd6 16.Da3!± Gusev-Glotov,USSR 1972) 9.Cbd2 Dd7
(9...Cg6 10.Te1 De7 11.Db3 b6 12.Dc4 Dd7 13.Tad1 b5 14.Db3 De7 15.h3 Fe6 16.Dc2 c5 17.d5± ; 9...0-0 10.Dc2 Rh8 11.c4± ;
9...Dc8 10.Cc4 0-0 11.dxe5 Fxe5 12.h3 Fh5 13.Ccxe5 fxe5 14.Db3+ Ff7 15.Db4± Mecking-Unzicker,Lugano ol 1968)
10.dxe5 fxe5 11.h3 Fe6 12.c4 Cg6 13.c5 Fe7 14.Dc2 0-0 15.Tfd1 Ff6 16.Cg5 Fxg5 17.Cf3 De8 18.Cxg5 Fc8 19.Dc4+ Rh8 20.De2 Gerasimov-Savon,USSR 1967
8.cxd4 Dd7
8...Fxf3?! 9.Dxf3 Dxd4 10.Td1 Dc4 (10...De5!?/?!) 11.Ff4 Df7 12.Dg3± ; 8...c5 9.h3! Fh5 (9...Fxf3 10.Dxf3 cxd4 11.e5) 10.Db3 cxd4 11.Dxb7± Wahls-Boudre, Mitropa cup 1988. 9.h3! "Soumettre le Fou à la question" Nimzowitch, Steinitz, Evans et d'autres ont souligné la nécessité de chasser ce Fou avant qu'il ne deviennent réellement embarrassant". Attention quand même au pion h3 qui peut devenir rapidemment une cible.

Après 9.h3!

9...Fe6 9...Fh5 10.Ce5! Fxd1 11.Cxd7 Rxd7 12.Txd1 et les Noirs devraient tenir la finale. 10.Cc3 0-0-0 11.Ff4! Ce7? 11...Fd6 12.Fxd6 Dxd6; 11...g5!? (la suite critique) 12.Fg3 h5 13.d5! cxd5 14.Tc1! A) 14...Fd6 15.Ca4! Rb8 16.Cc5 De7 17.Cxa6+ bxa6 18.Cd4 Fd7 19.Db3+ Ra7 20.Txc7+! Fxc7 21.Fxc7 Fb5 (21...Dc5 22.De3!+-) 22.Cc6+ Fxc6 23.Db6+ Ra8 24.Dxa6#; B) 14...dxe4 15.Ca4! Rb8 16.Txc7!! Dxd1 17.Tc8+! Ra7 18.Fb8+ Ra8 19.Cb6# 12.Tc1 Cg6 13.Fg3 Fd6 14.Ca4 Fxg3? Abandonnant définitivement c5 au Cavalier. 14...Rb8! 15.Cc5 De7. 15.fxg3 Rb8 16.Cc5 Dd6 17.Da4!

Après 17.Da4!

17...Ra7? Catastrophique ! Après 17...Fc8 18.Tc3 Cf8! 18.Cxa6+- Fxh3 19.e5 Cxe5 20.dxe5 fxe5 21.Cc5+ Rb8 22.gxh3 e4 N'abandonnez jamais ;o) 23.Cxe4 De7 24.Tc3 b5 25.Dc2 1-0

Terminons cette première partie de l'Espagnole par le survol de la variante ouverte. Une ramification très importante de cette ouverture, héroïne, entre autres, des matches pour le championnat du monde entre Karpov et Korschnoi.

Boey, J - Estrin, J [C82]
VIIe championnat du monde par corres, 1972-74

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Cxe4 6.d4 b5 7.Fb3 d5 8.dxe5 Fe6 9.c3 Fc5 Plus ambitieux que 9...Fe7, tout aussi jouable. 10.Cbd2 0-0 11.Fc2 Dans autre partie très importante, Karpov,A - Kortschnoj,V Wch30-Merano (6), 1981 les Noirs ont joué ; 11...Ff5 12.Cb3 Fg6 13.Cfd4 Fxd4 14.cxd4 a5 15.Fe3 a4 16.Cc1 a3 17.b3 f6 18.exf6 Dxf6 19.Ce2 Cb4 20.Fb1 De7 21.De1 Tfe8 22.Cf4 Ff7 23.Dc1 c5 24.dxc5 Df6 25.Fxe4 Txe4 26.Ce2 d4 27.Cg3 Tee8 28.Dd2 Cc6 29.Fg5 De5 30.Tac1 d3 31.Tfd1 Fg6 32.Fe3 Te6 33.Ff4 Df6 34.Te1 Tae8 35.Txe6 Txe6 36.Tb1 h5 37.h3 h4 38.Fg5 Dd4 39.Fe3 Dd5 40.Cf1 Fe4 41.Ff4 0-1 11...f5 12.Cb3 Fa7 Plus précis que 12...Fb6 ; la différence tient à ce qu'après 13.a4 b4 14.a5! Fa7 15.Cfd4 Cxd4 16.Cxd4 Fxd4 17.cxd4 f4 18.f3 Cg3 le Blancs peuvent jouer 19.Tf2 et ont rapidemment la possibilité de jouer Ta4 attaquant le pion b4. 13.Cfd4 Cxd4 14.cxd4 f4 15.f3 Cg3 16.hxg3 fxg3 17.Dd3 Les Blancs se préparent à parer ...Dh4 par 18.Dxh7+ ; ce coup fut longtemps considéré comme la réfutation du système noir, mais Estrine démontre le contraire.

Après 17.Dd3

17...Ff5! 18.Dxf5 Txf5 19.Fxf5 Dh4 20.Fe6+ Les Blancs ont deux Fous et une Tour pour la Dame, mais l'activité de la Dame noire compense le handicap. 20...Rh8 21.Fh3 Fxd4+ 22.Rh1 Fxe5 23.f4? Après ce coup la partie est perdue. Il fallait jouer 23.Fd2 pour mobiliser rapidemment leur Tour de l'aile-dame. 23...Tf8 24.Cc5 g5!! Les Noirs ignorent la menace Cd7.

Après 24...g5!!

25.Cd7 Fg7 26.Cxf8 g4 27.Fe3 Si 27.Ce6 gxh3 28.Cxg7 hxg2+ 29.Rxg2 Dh2+ 30.Rf3 g2 31.Te1 Dh1! et les Noirs gagnent. 27...gxh3 28.Fc5 28.Ce6 hxg2+ 29.Rxg2 Dh2+ 30.Rf3 g2 suivit de Dh3+ et Dxe6. 28...d4 29.Tae1 d3 30.Ce6 Dh5 31.Cg5 h6 32.Cxh3 Dxc5 33.Te8+ Rh7 34.Td8 Fd4! Couvre le pion d et assure son avance. 35.f5 d2 36.Td7+ Rh8 37.Td8+ Rg7 38.f6+ Rf7 39.Td7+ Re6 40.Txd4 Dxd4 41.f7 Dd8! 0-1

sans commentaires !!!